Abdomen + Mon vrai métier c’est la nuit

La Grive + Appel d'air

Jeudi

03 | 03

Le Gymnase
Roubaix
20h

acheter vos places en ligne >

Le temps d’une soirée, découvrez deux pièces de deux jeunes compagnies soutenues par le réseau des Petites Scènes Ouvertes dont nous faisons partie.

Mon vrai métier, c’est la nuit
Jeanne Alechinsky & Yohan Vallée – Appel d’Air

Deux êtres dans un espace où la lumière vacille. Ce duo, en utilisant la forme d’une partition partiellement écrite avec des moments improvisés, interroge la notion de l’obscur en soi. S’emparant ainsi de la notion de minorité visible et invisible, Mon vrai métier, c’est la nuit pose la question de la quantité d’écoute accordée à l’ombre, et par extension à ceux qui ne sont pas conformes, ceux qui débordent des cases ou qui ne rentrent dans aucune, qui ne jouent pas le jeu de l’intégration soit parce qu’ils ne le veulent pas, soit parce qu’ils ne le peuvent pas, et dont l’expression est muselée ou volontairement ignorée. Que se passe-t-il quand on choisit d’aller avec ce qui est caché ? Comment manifester l’engagement du côté du non-visible ?
Par-delà le langage des mots, le corps prend alors le relais, permettant une évasion salvatrice dans un monde où le visible, l’explicable et le régime de l’image règnent en maîtres. En ne cherchant pas à faire beau, à rentrer dans la norme imposée par la représentation, les danseurs font alliance avec la minorité en eux. Prendre le temps de se perdre dans l’obscur afin d’activer un chemin de résistance face à la pression de la définition de soi.

Chorégraphie et interprétation : Jeanne Alechinsky & Yohan Vallée
Scénographie et création lumière : Léo Lévy-Lajeunesse
Création costumes : Anna Carraud
Création sonore : Nicolas Rouleau

+

Abdomen
Clémentine Maubon & Bastien Lefèvre – La Grive

A l’origine du projet Abdomen, il y avait tout simplement des trainings journaliers, au cours desquels les danseurs Clémentine Maubon et Bastien Lefèvre ont commencé à inventer de nouveaux exercices d’abdominaux pour varier les plaisirs, s’entraîner, s’amuser. Jour après jour, ils ont ainsi développé une forme d’éloge abdominal. Par la suite, ils ont spontanément élargi le sujet et se sont infiltrés sous la couche superficielle, dans les profondeurs de l’abdomen pour tirer des boyaux de cette idée saugrenue et en faire un spectacle. Comme une urgente nécessité de se réapproprier le ventre, de l’écouter, de le suivre. Il s’agira alors de disséquer et sublimer l’abdomen. Le contracter jusqu’à en extraire le sens.

Ecriture et interprétation : Clémentine Maubon, Bastien Lefèvre
Complicité chorégraphique : Yannick Hugron & Matthieu Coulon
Création musicale : Lucas Lelièvre
Création lumière et technique : Jérôme Houlès