She was dancing + Plubel

Valeria Giuga & Jean-Michel Espitallier + Clémentine Vanlerberghe & Fabritia d'Intino

Jeudi

28 | 03

Le Gymnase
Roubaix
19h

  • valeria giuga
  • VALERIA GIUGA, ANIOL BUSQUETS, ANTOINE ARBEIT
  • JEAN-MICHEL ESPITALLIER
  • JEAN-MICHEL ESPITALLIER
  • ROMÉO AGID
  • SYLVIE DEBARE
  • ORTA OR ONE DANCING, DE GERTRUDE STEIN
  • catherine garnier
  • plubel
  • CLÉMENTINE VANLERBERGHE, FABRITIA D'INTINO
  • CLÉMENTINE VANLERBERGHE, FABRITIA D'INTINO, CÉLINE LEFÈVRE, MARIE SINNAEVE
  • katia PETROWICK
  • VIOLAINE BURGARD, PIERRE STAIGRE
  • FEDERICO SCETTRI
  • MEREL HEERING
  • AMÉLIE POIRIER ET PHILIPPE GUISGAND

Pour ce programme, trois chorégraphes féminines prennent possession du plateau du Gymnase : Valeria Giuga pour une pièce autour de la pionnière de la danse moderne Isadora Duncan, et Clémentine Vanlerberghe & Fabritia d’Intino pour une chorégraphie chorale.

She was dancing | 35 mn

She was dancing est la rencontre de La Mère, solo d’Isadora Duncan, pionnière de la danse moderne, et du portrait de la chorégraphe qu’a composé Gertrude Stein, écrivaine et poétesse. Valeria Giuga transpose cette rencontre en un jeu mêlant les mots du poème et la danse. Le morcellement et les altérations originels de la danse duncanienne laissent ici la place à une nouvelle gestuelle radicalement épurée. Les mouvements des trois interprètes, strictement écrits, sont générés par les mots du texte de Stein, boucles et jeux de permutations, selon un montage proposé par Jean-Michel Espitallier. La sécheresse rythmique de la pièce, qu’accentue une lecture monocorde doublée d’un métronome, installe bientôt une litanie hypnotique, à la fois sonore et visuelle. Dans cet agencement, les trois interprètes en perruque ne sont pas sans évoquer quelques personnages beckettiens, drôles mais un peu pathétiques, désespérément appliqués, à l’unisson d’un ballet mécanique. Jusqu’à ce que les rythmes de la batterie viennent enrayer cet ordonnancement et l’emmène vers un final délicatement chaotique.

Plubel | 40 mn

Dans une chorégraphie au vocabulaire corporel restrictif, Fabritia D’Intino et Clémentine Vanlerberghe convoquent de nombreuses références issues de la pop culture et de l’histoire de l’art, depuis les vestales antiques jusqu’aux gogo-dancers. Plubel questionne à la fois la composition chorégraphique et ces figures féminines, soit surexposées, soit cachées. De la masse, du groupe, chacune s’extrait de ce système complexe pour révéler son individualité, comme une possible tentative d’émancipation.

C’est un voyage hypnotique d’imitations et de collage où la choralité – voire la sororité – se fait acte de résistance et outil pour rendre visible ce qui a été caché.

Autour du spectacle :
Stage autour de She was dancing
Avec Valeria Giuga
Samedi 26 janvier de 14h à 18h
Le Gymnase, Roubaix

Etirements du spectateur
Autour de She was dancing et Plubel
Vendredi 29 mars à 17h30
Théâtre de l’Oiseau-Mouche, Roubaix