Les mouvements minuscules

Après TWICE, Le Gymnase et le réseau LOOP poursuivent l’aventure en imaginant un nouveau projet de commande destiné, cette fois-ci, à la petite enfance : Les mouvements minuscules. 

Contrairement aux programmes précédents, celui-ci invite un.e seul.e chorégraphe à créer une forme courte, entre 20 et 30 mn, destinée à l’in-situ (crèches, écoles maternelles…) ou aux plateaux et adressée aux enfants entre 2 et 5 ans. Le projet Les mouvements minuscules est confié à un.e chorégraphe à l’écriture forte et singulière, qui ne concède rien en terme esthétique, et déjà expérimenté.e à l’adresse du jeune public.

L’objectif de ce nouveau projet est d’encourager les artistes chorégraphiques à créer pour la petite enfance, âge pour lequel l’offre de spectacles de danse est plus ténue. C’est aussi d’inviter des chorégraphes aguerri.e.s qui pourront concevoir des formats exigeants et inventifs tout en étant adaptés aux contextes de représentation, comme celui d’investir les lieux et espaces de la petite enfance.
Autour de ce nouveau programme, Le Gymnase et LOOP réfléchissent à la conception d’un module pédagogique pensé spécifiquement pour les professionnel.le.s de la petite enfance ainsi que des actions de sensibilisation à destination des jeunes enfants et de leur entourage.

Le premier opus de Les mouvements minuscules, sera créé fin 2022, par la chorégraphe Marion Muzac, avec une pièce intitulée LE PETIT B.


Le Petit B

MARION MUZAC

Alors que nous traversons une période aride et sèche en terme d’expérience du sensible, je ressens la nécessité de pallier ce manque qui habituellement met l’Enfant sur le chemin de la vie. Dans quel monde entrent les jeunes enfants en 2021 ? Comment les avons-nous accueilli.e.s avec nos visages cachés, nos expressions effacées ? Alors que l’on sait la valeur des mimiques comme moyen de communication essentielle, nous avons été empêché.e.s d’interagir avec eux, nous n’avons pas pu être dans l’empathie émotionnelle.

Pour cela, LE PETIT B propose une aventure de la perception à de jeunes enfants âgé.e.s de 2 à 6 ans. Ils seront spectateur.trice.s avec l’entièreté de leur corps. Comme tout est mouvement dans le monde alors : ils pourront voir, sentir et toucher… Ils nous parait primordial de mettre le corps en jeu. Avec la plasticienne Emilie Faïf, nous allons imaginer une surface performative, faite de corps, de matières et de sons avec lesquels les enfants pourront interagir.

La question de la transformation sera au cœur du processus. Par la danse, les corps impliqués dans les matières d’Emilie Faïf se feront le véhicule d’énigmes physiques. Par leurs mouvements et toute la palette de nuances possibles qu’offre l’habilité du corps d’un.e danseur.se, les enfants pourront vivre une aventure sensorielle diversifiée.

Disposé.e.s à la lisière de l’installation, ils.elles seront invité.e.s à y pénétrer, à mettre leur corps en action et en réaction et à s’en extirper le moment choisi.

Cette aventure momentanée sera enveloppée par une relecture du Boléro de Ravel, réinterprété par les musiciens et chanteurs Johanna Luz et Vincent Barrau : un univers musical envoûtant, mystérieux et hypnotique.