Danses en kit

Le réseau des CDCN, dont Le Gymnase fait partie, a pensé et conçu des outils communs au réseau, qui, quotidiennement, viennent soutenir la politique volontaire d’éducation artistique et culturelle que les équipes de médiateurs et médiatrices des CDCN mènent.
Ces outils, au nombre de 6 aujourd’hui, sont extrêmement divers dans leurs formes et leurs supports : extraits de films et de pièces du répertoire [La danse en 10 dates (1896-1992), Une histoire de la danse contemporaine en 10 titres (1978-2006)], conférence dansée [Tour du monde danses urbaines en 10 villes], ou encore outils numériques [Danses sans visa, Data-Danse et Application à Danser].

livrets-mallettesLA DANSE EN 10 DATES (1896-1992)
La danse en 10 dates présente, sans pour autant être exhaustive, 10 moments clefs dans l’histoire de la danse révélant les dimensions sociales, politiques et esthétiques traversées par la danse, comme la naissance du cinéma, puis de la vidéo, ou l’invention de la notation chorégraphique. Ces extraits filmés, de Loïe Fuller à Michael Jackson en passant par Nijinski et Béjart, ont acquis avec le temps le statut de document et, à ce titre, ils témoignent de l’évolution de la danse en relation avec les technologies.

UNE HISTOIRE DE LA DANSE CONTEMPORAINE EN 10 TITRES (1978-2006)
Faisant suite à La danse en 10 dates, Une histoire de la danse contemporaine en 10 titres offre un panorama de la danse contemporaine dans la multiplicité de ses écritures, de Merce Cunningham à Pina Bausch ou Anne Teresa De Keersmaeker. Chaque extrait vidéo permet une incursion dans l’univers de 10 chorégraphes emblématiques des années 80 à aujourd’hui. Sont également évoquées de grandes notions telles que la danse-théâtre, l’abstraction, la déconstruction ou le croisement avec les danses urbaines…


Tour-du-mondeTOUR DU MONDE DES DANSES URBAINES EN 10 VILLES
Format spectaculaire, cette conférence dansée suivie d’un échange, conçue par Ana Pi, François Chaignaud et Cecilia Bengolea, est pensée comme un tour d’horizon des danses de rue à travers le monde. Krump à Los Angeles, kuduro en Angola, dancehall à Kingston, voguing à New York… À travers l’évocation du contexte géographique, social et culturel de leur émergence et les caractéristiques propres à chaque mouvement artistique dans lequel s’inscrivent chacune de ces danses, Ana Pi propose une forme « live » qui combine projections vidéo documentées et extraits dansés.


danses-sans-visaDANSES SANS VISA
En libre accès sur internet, d’utilisation intuitive et autonome, Danses sans visa propose, à partir d’une sélection de documents visuels issus des archives de l’INA (Institut national de l’audiovisuel), une exploration de l’histoire des danses sociales selon la circulation des peuples à travers le monde. Menées sous forme d’enquête, les investigations des spécialistes de danse, qui ont extrait de ce fond soixante vidéos, analysent, selon les mouvements de populations, le parcours et l’évolution de danses emblématiques. Ainsi, on peut (re)découvrir la valse ou le haka, le tango, le flamenco ou encore la salsa mais aussi le hip-hop et les danses afro-pop actuelles.

 Je découvre


data-danseDATA-DANSE
En libre accès sur internet, Data-danse est une plateforme numérique dédiée à la découverte de la danse. Intuitive et ludique, elle aborde cet univers dans son ensemble : les lieux, les corps, les métiers, le vocabulaire, les repères et guide le spectateur dans le récit de son exploration. À partir des éléments qu’il aura récoltés, celui-ci pourra même créer la Une de son propre journal. Lisible et structuré, ce dispositif numérique permet une utilisation à plusieurs niveaux : autonome pour des enfants ou des spectateurs non spécialistes, accompagné pour des groupes ou des classes ou à usage structurant dans le domaine réservé aux acteurs culturels.

Je découvre


1-AADAPPLICATION À DANSER
Application à Danser est un dispositif nomade conçu pour amener chacun à construire sa danse à partir de gestes du quotidien. Elle invite ses utilisateurs et utilisatrices à se mettre en mouvement. Equipés d’un smartphone et d’écouteurs, les participants reçoivent des consignes audio-guidées qui les transportent dans des situations familières où leurs mouvements sont peu à peu détournés du contexte d’origine. Les gestes ordinaires sont transformés, décalés, réinventés pour créer une danse à la fois personnelle et collective.

 Envie d’en savoir plus sur l’Application à danser ? Lisez le reportage qui retrace un atelier avec Jean-Florent, chargé de la médiation au Gymnase !